A l’ère de la civilisation numérique

Le numérique n’est pas un champ de recherches à proprement parler, il est une mutation sociétale et civilisationnelle majeure. Dans cette partie, je vais chercher à mieux appréhender ce contexte particulier en m’appuyant sur des références issues de différents champs disciplinaires comme la philosophie, la sociologie, les sciences de l’information et de la communication. Il y sera question de la civilisation numérique, du nouveau monde digital et du web social et de compétence en littératie numérique.

A l’aube du 21e siècle, l’humanité est en train de vivre une mutation civilisationnelle majeure qui effraie autant qu’elle fascine, il suffit pour s’en convaincre d’écouter les débats, de regarder les productions artistiques. En effet, l’apparition d’Internet et la miniaturisation des différents terminaux nous permettant d’y accéder ont profondément bouleversé nos vies. Le numérique est en train de changer tout ou presque tout dans nos modes de vie : notre manière de socialiser, de consommer, de faire de la politique, d’enseigner, d’apprendre, d’aimer et même d’honorer la mémoire de nos morts… Le numérique est devenu une civilisation (Doueihi, 2011b) et une mutation civilisationnelle au moins aussi importante que l’invention de l’écriture et l’invention de l’imprimerie (Serres, 2012).

L’humanisme numérique est au contraire le résultat d’une convergence entre notre héritage culturel complexe et une technique devenue un lieu de sociabilité sans précédent. D’une convergence qui, au lieu de simplement renouer l’antique et l’actuel, redistribue les concepts, les catégories et les objets, comme les comportements et les pratiques qui leur sont associés, dans un environnement nouveau. (Doueihi, 2011 b : 9)

Comme le rappelle Doueihi (2008), nous sommes tous des numériciens par accident et à l’heure actuelle, en cette période transitoire, rien n’est encore véritablement stabilisé. Il apparaît cependant que cette nouvelle ère est marquée par quatre concepts fondamentaux : la mobilité, la multimodalité, la continuité et l’immédiateté.

Si le scribe ou le moine copiste étaient assis avec un roseau ou une plume, si jusque-là nous étions encore assis face à notre ordinateur personnel (PC), l’homme ou la femme du 21e siècle se déplacent et communiquent désormais en mouvement dans un monde devenu global. La mobilité est donc grâce aux différents artefacts technologiques (ordinateur portable, tablette tactile, smartphone, montre et autre objet connecté), ainsi qu’aux différents réseaux (wifi, 4G, 3G) de plus en plus accessibles, l’une des premières caractéristiques.

Lors des précédentes civilisations, l’oral puis l’écrit a dominé. Mais à l’ère du numérique, les possibilités techniques aidant, les modalités communicatives viennent s’entremêler : l’audio, la vidéo, le texte, le graphisme, mais aussi la géolocalisation et la temporalisation. L’heure est à la multimodalité et l’oral resurgit comme le souligne Serres qui “depuis longtemps […] entend ce nouvel âge oral émané du virtuel” (2012 : 59).

Les deux derniers concepts nous semblent liés et tout aussi fondamentaux. Jauréguibéry (2005) parle “d’immédiateté communicationnelle” :

En quelques années seulement, nous sommes entrés dans un nouveau monde où, faisant fi de toute distance physique, il est désormais possible, grâce au portable, de joindre instantanément ses interlocuteurs, où qu’ils se trouvent. Un espace sans distance et un temps sans délai se superposent peu à peu à l’espace-temps « classique » (2005 : 2)

tandis que Doueihi parle de “continuité” (2011a : 102) :

L’un des aspects les plus frappants de la culture numérique est sa continuité quasi ininterrompue (nous devrions presque dire que, pour la plupart des utilisateurs, c’est une réalité de tous les instants) : elle imprègne, voire définit une nouvelle vie quotidienne, marquée par de nouveaux principes actifs qui gèrent notre présence, nos communications, notre façon de percevoir et de représenter tant nous-même que les autres.

Nous voici donc pris dans une mutation civilisationnelle majeure qu’il nous convient d’appréhender, d’apprivoiser, en tant qu’individu, en tant que parent, en tant qu’éducateur. Il n’est pas question de savoir si cela est bien ou moins bien, cela est.  Et il me semble que comme lors de tout grand changement civilisationnel, si nous voulons survivre, il nous faut nous faut nous adapter et en tirer le meilleur, ne pas nous enfermer dans des peurs ou des schémas qui ne conduiraient à rien, ne pas attendre des réformes qui tardent tant à venir

Probablement parce que ceux qui traînent dans la transition entre les derniers états n’ont pas encore pris leur retraite alors qu’ils diligentent les réformes, selon des modèles depuis longtemps effacés. (Serre, 2012 : 21)

Bibliographie

Doueihi, M. (2011). La grande conversion numérique: suivi de Rêveries d’un promeneur numérique. Éd. du Seuil.

Doueihi, M. (2011). Pour un humanisme numérique. Éditions du Seuil.

Jauréguiberry, F. (2005). L’immédiateté télécommunicationnelle. Philippe Moati. Nouvelles technologies et mode de vie, L’Aube, pp. 85-98, 2005. 〈halshs-00676164

Serre, M. (2012). Petite poucetteParis, Le Pommier.

Autres références

Conférence de Michel Serres : Les nouvelles technologies : révolution culturelle et cognitive